3 questions au Prof. Corinne Lefèvre - L’Islam et l’Empire en Inde - Conférence 3 Novembre

Dans quel cadre s’inscrit votre visite au Peter Wall Institute/Punjabi Center ?

C’est Anne Murphy qui, à l’occasion de sa venue à Paris en septembre 2015 pour participer au 5e Congrès sur l’Asie et le Pacifique, m’a contactée. Nous avons dîné ensemble, et c’est alors qu’elle m’a proposé de venir faire une conférence à Vancouver.

En quoi les résultats de vos recherches sont-elles adaptables à notre société actuelle ?

Les résultats de mes recherches sur l’empire moghol, un État dont les dirigeants musulmans régnèrent sur une société majoritairement non-musulmane (hindoue) aux XVIe-XVIIIe siècles, ne sont bien sûr pas "adaptables" en tant que tels à la situation que nous connaissons aujourd’hui. Mes travaux, de même que ceux de mes collègues spécialistes des Moghols, permettent toutefois de donner à voir l’existence (voire la possibilité future) d’un autre islam politique que celui qu’incarne aujourd’hui Daech : l’islam moghol fut un islam ouvert tant sur le vaste monde que sur la société dans laquelle il s’était implanté, respectueux des croyances religieuses de chacun, et suffisamment souple pour permettre aux souverains de se marier avec des princesses hindoues sans que ces unions s’assortissent de conversions et pour offrir à un nombre croissant d’hindous la possibilité d’intégrer les rangs de l’administration impériale, y compris aux positions les plus élevées...

Le climat actuel à propos de l’Islam a-t’il un impact sur vos recherches et dans quelles mesures ? (ex. la persécution des musulmans)

Il va sans dire que je suis particulièrement sensible à la vague d’islamophobie que nous traversons actuellement, en particulier en France : réduire l’islam à la violence et à l’intolérance est une insulte faite aux musulmans qui, tout comme les adhérents d’autres religions (de même que les non-croyants !), aspirent dans leur immense majorité à vivre en paix et en bonne entente avec leurs voisins. Un tel amalgame résulte d’une profonde méconnaissance de l’islam et c’est dans cette perspective, je crois, que les recherches telles que celles que je mène sur l’empire moghol peuvent être utiles aujourd’hui : c’est en donnant à voir d’autres facettes et d’autres expériences de l’islam sur le temps long de l’histoire qu’on peut espérer transformer des réactions épidermiques de rejet en un positionnement plus modéré car mieux informé. Si, donc, le climat actuel n’influe pas sur la nature de mes questionnements scientifiques ou sur les axes de recherche que je privilégie, il m’incite par contre à diffuser davantage mes travaux en dehors du cercle restreint des spécialistes et à saisir les occasions pour proposer au grand public une autre vision de l’islam que la peinture anxiogène qu’en font de trop nombreux médias et politiques. C’est précisément pour cette raison que j’ai choisi comme sujet de ma conférence à Vancouver la question du rapport entre islam et empire à l’époque moghole.

Retrouvez les détails de la conférence du 3 novembre sur notre site.

En complément, retrouvez son entrevue radio sur les ondes de Radio Canada.

Dernière modification : 04/11/2016

Haut de page