Conférences du Prix nobel de physique à UBC

Dans le cadre du partenariat entre le Peter Wall Institute for Advanced Studies (PWIAS) et le Collège de France, une conférence exceptionnelle a été donnée par le professeur Serge Haroche intitulée "Photons in a box and ‘Schrödinger Cats’ of light" le jeudi 30 avril 2015 à 19h30 au Hebb Theatre de l’Université de Colombie-Britannique.

La seconde intervention "Reflections on blue sky research" s’est tenue également à UBC le vendredi 1er mai.

Préambule à la conférence du 30 avril

Les fondateurs de la physique quantique analysaient auparavant "des expériences de pensée" afin de discuter de la superposition, de la complémentarité et de l’enchevêtrement d’état. Ils imaginaient manipuler des particules uniques, telles que les électrons, les atomes ou les photons ; ils seraient surpris de voir qu’aujourd’hui de nombreux laboratoires à travers le monde mènent de telles expériences en isolant les atomes, les molécules ou les photons. Lors de nos études sur l’électrodynamique quantique en cavité (CQED), il s’agit de stabiliser et compter le nombre d’états de photons dans la cavité. Nous préparons et reconstruisons aussi des états de superposition photonique suspendus entre différentes "réalités classiques", générant par là une version expérimentale du fameux chat de Schrödinger, simultanément imaginé mort et vivant.

Nous avons aussi questionné le processus de décohérence, qui explique la transition entre les mondes classique et quantique. La physique CQED a récemment été étendue à des atomes artificiels constitués de supraconducteurs, au sein d’un nouveau domaine de physique mésoscopique appelée "circuit QED". Ce développement ouvre la voie à de nouvelles applications dans la science de l’information quantique.

Date : Jeudi 30 avril 2015, 19h30
Lieu : Hebb Theatre 2045 East Mall, University of British Columbia

Présentation de la conférence du 1er mai

L’humanité a toujours été fasciné par les questions fondamentales sur l’univers et sa place au sein de celui-ci. Cette curiosité a permis de mener à bien de nombreuses recherches dont le succès figure parmi les joyaux de notre monde civilisé. La théorie scientifique comporte une vérité esthétique comparable à la beauté gratuite d’une œuvre d’art. De plus, la science fondamentale est essentielle au développement de nouvelles technologies. Serge Haroche montrera que la connaissance accumulée par l’approche scientifique fondamentale a conduit, souvent de manière imprévisible, à des applications pratiques qui ont révolutionné notre quotidien. Il fera également part des dangers que la recherche fondamentale affronte et de la nécessité de la protéger et de la faire prospérer malgré les difficultés économiques présentes.

Date : Vendredi 1er mai, 19h30
Lieu : Buchanan room A201, 1866 Main Mall, University of British Columbia
JPEG - 362.9 ko
De gauche à droite : Mathieu Leporini, attaché de coopération scientifique au Consulat général de France à Vancouver ; Nancy Gallini, directrice du Peter Wall Institute for Advanced Studies ; Philip Stamp, professeur au département de physique et d’astronomie de UBC ; Serge Haroche, administrateur du Collège de France
JPEG - 428.8 ko
Conférence donnée par Serge Haroche suivie d’une réception à UBC
JPEG - 304.9 ko
De gauche à droite : Serge Haroche ; Philip Stamp et Jean-Christophe Fleury, Consul général de France à Vancouver

Serge Haroche

Né en 1944 à Casablanca, Serge Haroche a fait ses études à l’École normale supérieure (ENS).

Il a été chercheur au CNRS, Maître de Conférences à l’École Polytechnique, Professeur à l’Université Paris VI et membre de l’Institut de France. Il a enseigné pendant plusieurs années à l’Université de Yale, aux États-Unis et visité, comme chercheur ou professeur invité, plusieurs universités étrangères dont Stanford, Harvard, MIT et l’Université fédérale de Rio de Janeiro. Il a dirigé pendant cinq ans le département de Physique de l’ENS.

JPEG Serge Haroche est un spécialiste de la physique atomique et de l’optique quantique. Après une thèse sur l’atome habillé effectuée (1967-71) sous la direction de Claude Cohen-Tannoudji, il a développé dans les années 1970-80 des méthodes nouvelles de spectroscopie laser basées sur l’étude des battements quantiques et de la superradiance. Il s’est ensuite intéressé aux atomes de Rydberg, états atomiques géants que leur sensibilité aux micro-ondes rend particulièrement bien adaptés à des études fondamentales sur l’interaction matière-rayonnement. Il a montré que ces atomes, couplés à des cavités supraconductrices contenant quelques photons, constituent des systèmes idéaux pour tester les lois quantiques fondamentales et pour démontrer des opérations de logique quantique prometteuses pour le traitement de l’information.

Nommé en 2001 professeur au Collège de France dans la chaire de Physique quantique, Serge Haroche dirige le groupe d’électrodynamique des systèmes simples au sein du laboratoire Kastler Brossel du Département de Physique de l’ENS.

Serge Haroche a été nommé Administrateur du Collège de France au 1er septembre 2012. Le 9 octobre 2012, il est colauréat du prix Nobel de physique.

Dans les médias :

JPEG

Dernière modification : 12/06/2015

Haut de page